Insemination artificielle Tunisie prix pas cher

L’insémination artificielle en Tunisie est une technique d’assistance médicale à la procréation (AMP) qui consiste à introduire mécaniquement les spermatozoïdes dans le tractus génital de la femme, afin de permettre une rencontre entre les gamètes mâles et femelles, et donc aider à la procréation. Les spermatozoïdes sélectionnés pour une IA sont ceux du conjoint.

insemination artificielle Tunisie

Prix insémination artificielle Tunisie

Le prix de l’IAC en Tunisie est un forfait tout compris dans lequel sont inclus, les frais des médicaments de la stimulation ovarienne, les frais de la surveillance hormonale et échographique, le coût de la préparation biologique du sperme, et les frais d’insémination. Il s’agit là du coût par cycle d’insémination.

Obtenir un devis Gratuit

Déroulement insémination artificielle

Techniques de procréation médicalement assistée : l’insémination artificielle et la fécondation in vitro (Fiv et transfert d’embryon, Fiv ICSI, conservation des gamètes et des embryons). L’insémination artificielle consiste à introduire soit au niveau du col de l’utérus, soit au dans la cavité utérine ou alors au niveau des trompes, bref dans l’appareil génital femme, des spermatozoïdes dans un but de procréation.

L’insémination artificielle peut se fait avec le sperme du conjoint. On parle d’IAC (insémination intra-conjugale). Le choix d’une IA se fera entre deux techniques d’insémination à savoir : l’insémination intra-cervicale et l’insémination intra-utérine.

L’insémination intra-utérine (IIU) est décrite comme la technique la moins invasive et la plus simple. Ses principales indications sont :

  • Problèmes de fertilité masculine (faible taux de spermatozoïdes, troubles de la motilité des spermatozoïdes, etc.)
  • La stérilité masculine après un traitement contre le cancer
  • Echec répétitif de la stimulation ovarienne
  • Stérilité inexpliquée

Une insémination artificielle nécessite préalablement, pour assurer sa réussite, une stimulation ovarienne. La stimulation des ovaires se fait par injection de FSH, et pour déclencher l’ovulation, par injection d’HCG. L’insémination proprement dite est réalisée seulement 36h après l’ovulation. Elle consiste à utiliser un cathéter pour introduire la préparation spermatique dans le col de l’utérus ou dans la cavité utérine.

Résultat insémination artificielle

On évalue à 15 % le taux de grossesse de l'IAC par cycle d'insémination. La diminution des chances de grossesse pouvant être liée à plusieurs autres facteurs dont l'âge du patient, les anomalies des trompes ou de l'utérus, la mauvaise qualité du sperme, une mauvaise réponse à la stimulation ovarienne, ou bien alors, une ovulation prématurée.
Il faut rappeler qu'il est possible de procéder à 4 voire 6 tentatives d'insémination artificielle, lesquelles sont remboursées par l'assurance. Mais si après plusieurs tentatives, il y a toujours échec, la seule solution en dehors de l'abandon, demeure la fécondation in vitro.
Les causes les plus fréquentes des échecs des IAC conduisant à l'annulation, se résument à 3 dont :

  • Une réponse excessive à la stimulation ovarienne ;
  • Une ovulation prématurée ;
  • Une absence de réponse à la stimulation

L'échec d'une insémination artificielle peut s'expliquer aussi par une réponse ovarienne ou un spermogramme trop faible.

Complications insémination artificielle

Les complications de l’insémination artificielle portent généralement sur les cas de grossesses multiples (20 % de grossesses gémellaires), et donc un risque important de prématurité. Il s’agit là du risque principal de l’IAC.

Plus exceptionnellement cependant, on pourra rencontrer un risque d’hyperstimulation notamment chez les personnes présentant une dystrophie ovarienne au départ. Il peut y avoir aussi un risque infectieux soit parce qu’une infection des trompes a été réactivée soit parce qu’un microbe dans le vagin a causé la contamination.

Un risque thromboembolique est aussi à craindre, en raison de l’augmentation du taux d’hormones sanguines par le traitement de stimulation ovarienne. Un risque carcinologique est aussi évoqué après une IAC, mais il s’agit uniquement d’un risque de cancer de l’ovaire, en cas d’administration de plus de 12 cycles de Clomid.

Aucun lien entre les hormones utilisées pour la stimulation et le cancer du sein, n’a été confirmé. Il y a aussi un risque d’allergies suite aux médicaments pris en IAC, sans oublier un risque de torsion des ovaires ou des trompes.

A lire aussi :

Biopsie testiculaire

Obtenir un devis Gratuit