L’abdominoplastie n’est pas sans risque

Aux personnes qui présentent une certaine proéminence abdominale, la chirurgie esthétique à travers ses agents commerciaux fait une promesse de vente : celle de leur offrir un ventre plat, des « tablettes de chocolat » après un coup de bistouri. Plus besoin donc d’exercices physiques pour corriger ce relâchement qui les habille d’un tablier abdominal.

Après tout, une chirurgie abdominale ne dure pas une vie, c’est une affaire de quelques heures. En plus, elle est moins chère dans les pays comme la Tunisie qui en plus est un pays touristique. Si les avantages de la chirurgie esthétique du ventre sont certains, elle comporte aussi des risques.

Avoir des « abdos » sans effort

Dans un monde où, malgré la démocratie que tous revendiquent, on tend de plus en plus vers une uniformisation de la pensée et des corps, avoir un ventre bedonnant est politiquement incorrect.

Aussi, que ce soit en raison du vieillissement naturel, soit parce qu’on a perdu du poids, à la suite d’une grossesse ou après une chirurgie de l’obésité, que la paroi abdominale est distendue, il devient urgent de la retendre.

La bonne vieille pratique des « abdos » ne marchant plus parce qu’on est dans un monde où le « temps court », une abdominoplastie permet de répondre rapidement et efficacement à cette attente. On comprend donc pour quelle raison les patients sont de plus en plus nombreux. La chirurgie de la paroi abdominale est l’une des interventions la plus pratiquée dans le monde.

Et pourtant, comme toutes les autres chirurgies, l’abdominoplastie a ses risques. Si certains chirurgiens, consciencieux ne manquent pas de les signaler à leurs patients, d’autres plus véreux et sans scrupules s’en moquent et passent à l’essentiel. Le patient allongé, on le triture quitte à ce qu’il crève sur le billard ou chez lui.

L’abdominoplastie une chirurgie à risques

Or, il existe deux grands types de risques liés à la plastie abdominale. Les premiers sont ceux liés à l’anesthésie et les seconds, ceux en rapport avec la chirurgie elle-même.

Les risques anesthésiques de l’abdominoplastie sont constitués principalement du risque d’inhalation de l’anesthésie, que l’on peut prévenir grâce au jeûne recommandé avant l’opération ; il peut s’avérer aussi que l’anesthésie provoque des nausées et des vomissements après l’intervention ; qu’elle cause des allergies ou même une hypothermie ; l’anesthésie peut aussi causer des compressions nerveuses à force que le patient reste en position allongée lors de l’opération. En rappel, l’abdominoplastie est réalisée sous anesthésie générale.

Quant aux risques chirurgicaux de l’abdominoplastie, on peut évoquer le risque d’accidents thrombo-emboliques, notamment la phlébite et l’embolie pulmonaire ; des troubles de la cicatrisation avec le développement des cicatrices hypertrophiques ou chéloïdes ; l’apparition d’une nécrose obligeant à une réintervention, voire aussi une perte de la sensibilité.